Diversité linguistique & langue française

Mes voeux chaleureux pour 2014

Car, de mourre-bourdoun

Qu’un pople toumbe esclau,

Se tèn sa léngo, ten la clau

Que di cadèno lou deliéuro…

Car, même si, mordant la poussière,

Un peuple tombe en esclavage,

S’il garde sa langue, il garde la clé

Qui de ses chaînes le délivre…

For, even if, biting the dust,
A people falls into slavery,
If they keep their tongue, they keep the key
That liberates them from bondage…

Frédéric Mistral, Nobel 1904

Author :
Print

Comments

  1. Bonjour Claire,
    Vous défendez le multilinguisme, je le sais. Et vous de votre côté, vous savez ce que j’en pense, car j’ai eu l’occasion de le dire devant vous et vos collègues lors de la Table ronde du 3 décembre 2013 portant comme intitulé: “Le Multilinguisme, ça marche!

    En deux mots, et pour les lecteurs de ce blogue, le multilinguisme, c’est un combat qui tend à démontrer que tout un chacun serait capable de maîtriser plusieurs langues étrangères. Taratata!

    Alors que nos jeunes ne maîtrisent même plus correctement leur langue maternelle, vous voudriez nous faire croire qu’ils pourraient parler et écrire plusieurs langues étrangères. Ô rêverie!
    Moi, je prétends que les associations comme la vôtre, s’accommodent finalement très bien de l’anglais comme lingua franca, et qu’elles font comme si elles luttaient contre, précisément en utilisant l’argument du multilinguisme.
    Alors, que la seule solution contre l’anglais, et vous le savez fort bien, Claire, mais vous ne voulez surtout pas en entendre parler, c’est l’espéranto. Une solution pour précisément défendre la diversité linguistique qui vous est chère, mais sans doute pas autant que pour nous, les espérantistes. Cela, c’est certain !

    Vous apportez vous-même une preuve de ce que j’avance.
    On peut savoir ce que vient faire la traduction des vers de Mistral en anglais dans votre présentation des vœux pour 2014?
    Si votre association était vraiment pour le multilinguisme, elle aurait dû traduire ces vers dans les 24 langues européennes, ou alors dans aucune, excepté le français, DLF oblige!
    Mais non, uniquement en anglais, comme d’hab’ !

    Nous aurions besoin de gens comme vous, Claire, à nos côtés. Hélas, vous déclinez l’offre.

    Mais restons optimistes, la raison devrait l’emporter.

    Cordialement.

    Thierry Saladin

  2. Bonjour à tous,

    J’ai un peu honte.
    Je viens seulement d’apprendre, en revenant sur le blogue de Claire Goyer à qui je m’adressais il y a à peine deux heures, la terrible nouvelle.

    J’ai un peu honte, même si je reconnaissais le courage de cette dame, ce que je lui ai déjà dit, et je crois écrit ici même.

    J’adresse mes sincères condoléances à tous ses proches, parents et alliés ainsi qu’à ses collègues de l’Association DLF Bruxelles-Europe.

    Avec compassion.

    Thierry Saladin

Comments are closed.