Diversité linguistique & langue française

Croire ou faire croire que l’Europe fonctionne en une seule langue, c’est la trahir. Il n’est plus temps de dénoncer mais d’agir. Soutenez la plainte déposée par l’AFFOImonde auprès du médiateur européen contre la Commission européenne pour manquement aux traités, déposez un commentaire.

15.10.2013 : L’AFFOImonde porte plainte contre la Commission européenne.


L’AFFOImonde (l’AFFOI et ses deux opérateurs l’AJFOI et l’ACFOI) a porté plainte Samedi 12 Octobre auprès du Médiateur européen contre la Commission Européenne pour non respect, dans le cadre de la création d’une plateforme pour lutter contre la fraude fiscale, des articles 20 du TFUE (Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne) sur la citoyenneté européenne, 10 et 11 du TUE (Traité sur l’Union européenne) et de la charte des droits fondamentaux (articles 21 sur la non discrimination notamment sur la langue et 22 sur la diversité). En effet, L’appel à candidatures visant à mettre en place cette plateforme précise que la langue de travail sera l’anglais : “Étant donné que ni traduction des documents, ni interprétation simultanée ne peuvent être garanties dans les trois langues de travail de la Commission (EN, FR, DE), une parfaite maitrise de l’anglais sera demandée aux représentants et à leurs suppléants pour pouvoir prendre part aux discussions, comprendre les documents de travail et si nécessaire produire une contribution écrite”. Cette nouvelle anomalie a été découverte par DLF Bruxelles-Europe (qui soutient notre plainte) et rendue publique par le biais d’un article publié sur le Blog de sa Présidente Madame Claire Goyer (qui est également la représentante de l’ACFOI à Bruxelles) :… Ainsi sont éliminés d’éminents spécialistes qui n’auraient pas cette maîtrise, et avantagés des anglophones même sans grande compétence… Nous vous tiendrons bien entendu informés sur les développement de cette affaire qui ouvre une nouvelle ère du fonctionnement de l’AFFOImonde. En effet après plusieurs années passées à dénoncer les dysfonctionnements et à en expliquer les mécanismes et les dangers sans trop de résultats, il est temps désormais d’agir avec plus d’intransigeance par tous les moyens à notre disposition. C’est ce que nous ferons désormais systématiquement lorsque les règles et équilibres linguistiques, culturels et conceptuels ne seront pas respectés. Il en va du bon fonctionnement des institutions multilatérales et de la juste représentativité des peuples qu’elles doivent servir.

 

Author :
Print

Comments

  1. Bonjour Claire,

    Eh bien, cela n’aura pas trainé. De nouveau sur le pont, et à vos côtés, comme vous le savez. Du moins, je l’espère.
    À part diffuser l’info auprès des amis et des réseaux espérantistes (avec traduction en espéranto pour les autres pays de l’Union Européenne) que puis-je faire?

    Bien à vous et cordialement.

    Thierry Saladin

  2. Je trouve cela honteux d’imposer et d’obliger comme c’est le cas en France des enfants du cours préparatoire, de maternelle, à la crèche, à l’anglais ; il faut arrêter d’imposer l’anglais à ceux qui n’en sont pas nés et d’autant plus à tout un pays qui n’est pas anglais.
    Déjà très difficile pour ceux qui ne sont pas anglais. S’ils veulent une langue internationale, l’Europe, la France doivent adopter l’Esperanto beaucoup plus facile que l’anglais et ne visant pas à détruire les langues et cultures mais les grands partis n’en parlent jamais, on préfère nous bourrer le crâne d’anglais à la télévision, à la radio et faire croire que tout le monde parle anglais, c’est faux. Même dans l’aviation ou j’ai travaillé 39 ans, l’anglais imposé en 1951, est une des principales causes d’accidents car étant trop difficile pour ceux qui n’en sont pas nés, les pilotes ne comprennent pas ce qu’on leur dit et ceci est assez fréquent. Un ingénieur américain a fait plusieurs rapports à ce sujet et il est prouvé que l’Esperanto serait sécuritaire dans l’aviation et ailleurs, ce dont les instances sont autistes. Les peuples n’ont jamais demandé l’anglais mais on leur bourre tellement le crane qu’ils croient qu’il n’y a pas autre chose : publicité à gogo, entreprises vendant l’anglais à des sommes mirobolentes avec mensonges à la clé, cela il faut arrêter la publicité anglo saxonne et arrêter d’imposer l’Anglais obligatoire dans les écoles et de mettre l’anglais partout. La langue de la France est le Français et non l’anglais. La langue de l’Italie est l’italien et non l’anglais, chacun a sa langue et un pays imposant sa langue et sa culture et la mettant partout est une honte , c’est pour cela qu’il faut une langue neutre et facile, qu’on respecte au moins ceux qui ne sont pas anglais et leurs langues, leurs cultures, c’est le but des Espérantistes.
    Il faut changer cette politique linguistique qui est une honte.
    Tel est mon point de vue, Madame.
    J’aimerais avoir votre opinion.

  3. « Critiquer uniquement le système n’est pas suffisant, nous devons offrir une alternative ». -Jacque Fresco

    Nous sommes d’accord sur le point que n’importe quelle hégémonie linguistique n’est pas désirable. Je ne veux pas que l’anglais domine, de même je ne veux pas que le français domine. Ceux qui s’arrêtent à ce point devraient s’intéresser aux notions “d’impérialisme linguistique” et “d’iniquité linguistique”.
    Actuellement, c’est l’anglais qui domine. Nous sommes donc d’accord qu’il faut nous opposer à la supériorité de l’anglais, sans déshabiller Paul pour habiller Jacques, sans donner l’avantage à une autre langue.
    Malheureusement, les institutions européennes ne sont pas démocratiques, une technocratie qui fait agit dans le dos des peuples, au prétexte que c’est technique, réduit chaque jour un peu plus les possibilités d’initiatives citoyennes éprises de changement.
    Les dirigeants européens s’élèvent petit à petit sur leur nuage, s’enferment, se verrouillent dans leur tour d’ivoire. (Les institutions indépendantes de l’UE sont indépendantes des citoyens). Et à partir de là l’homme est un loup pour l’homme.
    Concrètement, comment cela affecte notre combat ? Les médias aux mains des industriels, promeuvent le tout à l’anglais ; explicitement avec ces experts qui débitent sans laisser le temps à l’objection, au dialogue ; implicitement avec la musique, les films…
    Ne laissez plus rentrer l’information inconsciemment, réfléchissez aux mots, redonnez leur du sens.
    Plus rarement, lorsqu’il y a un débat concernant la politique linguistique on croirait voir du Feydeau, tellement bien joué. D’un côté les partisans du tout à l’anglais (aux conflits d’intérêts innombrables), de l’autre les pourfendeurs du tout à l’anglais (aux relations insoupçonnables).
    Que propose les opposants au tout à l’anglais ? S’opposer au tout à l’anglais, pardi ! Aucune alternative n’est jamais proposée et il suffit que le mot, espéranto, soit lâché pour être ostracisé, boudé des médias. Un mot qui comporte une alternative bien tangible, efficace.
    Nous sommes les Don Quichotte des temps modernes, divertis, détournés par la société du spectacle, nous croyons voir des braves chevaliers, à la belle âme cornélienne, joutant intellectuellement à un niveau qui- croyons nous- nous dépasse, mais ce ne sont, en réalité, que des moutons impassibles ; heureusement, Sancho panza est là pour nous signaler notre méprise, reste à nous de l’écouter.

    Résumons-nous, il faut tout d’abord chercher la cause de notre malheur, pourquoi notre voix (voie ?) n’est elle pas entendue ? Cela vient du déficit démocratique. Nous voulons que cela change, organisons nous en conséquence, il faut dénoncer l’organisation politique (c’est à dire le processus de prise de décisions) qui ne convient pas, en proposer un. Ensuite, expliquons la situation, linguistique en l’occurrence, qui nous intéresse et à laquelle nous nous opposons, comme la résultante d’un système lui-même à rejeter tout en proposant une alternative (l’espéranto) dont la mise en œuvre semble difficile dans ce cadre là.

    L’espéranto est à mes yeux la proposition, la position la plus efficace pour s’opposer à ce que tout le monde dénonce et laisse faire. Ces soi-disant opposants au tout à l’anglais, amis des médias, consentent en réalité au système qui les alimente.
    Mais, et c’est là tout son intérêt par rapport au plurilinguisme par exemple, l’espéranto ne fait pas que s’opposer, après avoir détruit (toute forme d’impérialisme linguistique), il construit. 150 heures pour l’apprendre, du fait de sa valeur propédeutique, il lance pour l’apprentissage d’autres langues, et surtout il permet d’envisager un monde en paix où il fait bon vivre, sans relations dissymétriques d’État à État mais égales d’humain à humain.
    Il remplit une des conditions préalables à l’émergence d’un système démocratique, à savoir la possibilité de communiquer, de préserver les langues vernaculaires, les cultures, les idées.
    L’espéranto c’est la communication internationale dans le respect de la diversité, l’union dans la différence.

Comments are closed.