Peut-on encore sauver Canal Académie, la radio Internet de l’Institut de France ?

Posted by Claire Goyer on 15/01/13


Une nouvelle inattendue vient de tomber : Dès de printemps 2013, la radio Internet de l’Institut      de France, Canal Académie, devrait cesser ses émissions. Avec elle disparaitront la poignée de journalistes permanents et les dizaines de collaborateurs bénévoles qui faisaient tourner  la plus prestigieuse radio culturelle Internet jamais créée et la plus écoutée en France et dans le monde. Resterait accessible au public l’immense bibliothèque d’émissions accumulées depuis sa création en 2004, désormais figées dans le temps. Un musée de plus, était-ce l’objectif ?

Les raisons de cet arrêt sont mal connues si ce n’est que plane sur cette décision l’ombre du chancelier de l’Institut de France, Gabriel de Broglie. Membre de  l’Académie des sciences morales et politiques et de l’Académie française, élu chancelier de l’Institut le 29 novembre 2005 et réélu le 25 novembre 2008, Gabriel de Broglie a la prestigieuse et lourde charge de veiller à sa bonne marche, c’est-à-dire à celle de l’ensemble des cinq Académies[1] qui le composent.  On peut se demander, avec tout le respect dû à une personnalité de sa qualité, si le chancelier a bien mesuré les effets de cette décision.

Reflets des trésors des cinq Académies, les émissions de Canal Académie couvrent de nombreux domaines de la connaissance : art, littérature, langue française, histoire, économie, sciences… avec plus de 5000 émissions à écouter ou à télécharger et plus de sept heures de nouveaux programmes enregistrés chaque semaine. Les contenus de Canal Académie ont attiré en 2012 plus de 12 millions de visiteurs sur le site www.canalacademie.com, qui ont pu ainsi télécharger plus de 5 millions d’émissions et lire plus de 36 millions de pages. Pour le seul mois d’octobre 2012, ont été comptabilisés 1.450.000 téléchargements.

L’ambition de Canal Académie était de devenir l’un des acteurs incontournables du monde de la culture, en France, au sein des communautés françaises de l’étranger, mais aussi auprès des nombreux francophones et francophiles qui témoignent chaque jour de leur attachement à ses programmes (informations de diverses sources dont  http://www.patrimoinesdefrance.com)

Sabordage culturel ? Au vu de ce bilan, les millions d’usagers internautes de France et de l’étranger [2] seraient en droit de demander des explications sur une mesure qui, a priori, semble aller à l’encontre du rayonnement de la culture française, de l’image rajeunie de l’Institut  ainsi que d’une politique d’influence française plus que jamais nécessaire dans le monde.

Le statut de Canal Académie au sein de l’Institut, son financement, la ligne éditoriale, toutes les questions relatives à son fonctionnement doivent être débattues et des solutions trouvées pour maintenir cette radio qui a su créer, en quelques années, une image dynamique et moderne des Académies, un dialogue interactif entre internautes et académiciens autrefois réputés inaccessibles, une participation des acteurs de la société civile aux émissions, un flux d’entretiens radiophoniques d’une variété et d’une qualité exceptionnelles, liés à l’actualité dans un esprit ouvert sur le monde. Vite, allez faire un tour sur www.canalacademie.com et envoyez votre message à la rédaction qui pourra transmettre http://www.canalacademie.com/Nous-contacter.html. Il faut que le cœur de Canal Académie continue de battre !

Claire Goyer

15  janvier 2013


 

[1] L’Institut de France regroupe l’Académie française, l’Académie des inscriptions et belles-lettres, l’Académie des sciences, l’Académie des beaux-arts et l’Académie des sciences morales et politiques.

 

[2] En 2012, 43 % des téléchargements de Canal Académie ont été effectués depuis l’étranger, le Royaume-Uni venant en tête, les Amériques dans leur ensemble étant également bien placées, et la Chine figurant également parmi les premiers. Dès 2007, Jean Cluzel, le fondateur, lui-même membre de l’Académie des sciences morales et politiques estimait aussi que Canal Académie rendait de grands services aux Français de l’étranger.

 

 

 

33 Responses to Peut-on encore sauver Canal Académie, la radio Internet de l’Institut de France ? »»

  1. Comment by Sooriamoorthy | 2013/01/16 at 01:26:59

    Ma première réaction consiste à dire qu’il s’agit là d’un scandale. Cela dit, Gabriel de Broglie est loin d’être quelqu’un d’irresponsable; attendons voir ce qu’il compte proposer. Mais il nous faut dès maintenant nous mobiliser.

  2. Comment by Anna Owhadi Richardson | 2013/01/16 at 06:17:45

    Bonjour Claire

    Si cette information se confirme…ce sera une catastrophe pour la francophonie….J’espère que tout sera fait pour maintenir Canal Académie.
    Merci à toi de tirer la sonnette d’alarme , mobilisons nous…!
    Nous remercions d’avance M.Gabriel de Broglie d’empêcher ce naufrage.
    Puisse l’année 2013 du serpent porter bonheur à la francophonie et diffuser les valeurs qu’elle défend ” Egaux Différents Unis”.

  3. Comment by NAUWELAERS | 2013/01/16 at 20:28:14

    Bonjour,
    Je suis un amoureux fou de la langue française, et un passionné de culture en général; j’espère seulement que cette chaîne de radio (même audible seulement sur le web) pourra subsister.
    Qu’en pense la ministre de la Francophonie Yasmina Benguigui ?

    CHRISTIAN NAUWELAERS

  4. Comment by Leclercq | 2013/01/17 at 07:48:44

    Internet est une chance pour le multilinguisme et la francophonie, car cela reduit les couts de diffusion et augmente l audience… encore faut-il en profiter, avec tout de meme quelque ressource minimum. C est un defi, que nous connaissons egalement pour la version de EurActiv: http://www.euractiv.com/fr

    J avais une perception peu moderne de l Institut et de l Academie, jusqu a mon interview sur ces questions, et ma visite de Canal Academie, avec sa dynamique directrice.

    J ecris depuis Bombay ou je viens de rencontrer une partie de la communaute francophone. Qui demande aussi une ecole francaise qui ne depende pas uniquement des parents. C est important aussi pour notre economie.

    Non, la promotion du francais n est pas perdue d avance. Surtout avec internet.

    Christophe Leclercq
    fondateur@euractiv.com

  5. Comment by Claire Goyer | 2013/01/17 at 08:13:27

    Merci à ceux qui ont fait des commentaires! Il en faudrait encore beaucoup! C’est vrai que la modernité du studio d’enregistrement niché dans les étages de l’Institut aux salons feutrés et moquetés, change complètement l’idée que l’on se fait de l’Académie. C’est à un coup de jeune que l’on a assisté. Finie l’idée de l’académicien écrivant à la plume d’oie, même si quelques uns refusent encore la souris et le GSM. Au coeur de cette vénérable maison vouée à la langue française, a été créé, à côté du dictionnaire, un lien direct avec le reste du monde. Ce qu’il faut préserver, c’est le flux de l’actualité apporté par les émissions et la participation des acteurs du monde extérieur à cette banque de connaissances exceptionnelle. Que la directice et son équipe soient remerciés pour leur détermination et les résultats obtenus.

  6. Comment by Beaufreton Jean-Patrick | 2013/01/17 at 08:56:12

    Quelle surprise. Abonné à la lettre d’information hebdomadaire de Canal Académie, j’étais passé à côté de cette nouvelle. Peut-être, l’équipe animatrice ne l’a-t-elle pas diffusé ?

    Il semble indispensable de connaître la cause de ce choix. L’abandon de la défense de la culture et de la langue française est sans doute à écarter. Le caprice d’un seul homme – surtout une personnalité respectée et active – parait invraisemblable. Equilibre financier ? Besoin d’investissements ?
    Alors que de gros moyens sont parfois “mis sur la table” pour des objectifs futiles, un mécène pourrait-il être notre sauveur ?
    Courage à tous.

  7. Comment by Claire Goyer | 2013/01/17 at 09:04:57

    A Beaufreton : Je pense que l’on en saura davantage dans les semaines qui viennent. Oui, la question du financement n’est pas à écarter. Elle est peut-être la première cause. Ce qui est sûr est que la directrice a quitté son poste fin décembre 2012

  8. Comment by Institut de France | 2013/01/19 at 14:43:09

    Jean-Robert Pitte, membre de l’Institut et président de l’Association Canal Académie, avec le soutien de Gabriel de Broglie, chancelier, et Catherine Bréchignac, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, co-présidents désignés de la future Fondation Canal Académie, s’efforcent activement de sauver Canal Académie.

    Tous leurs efforts tendent à mieux centrer Canal Académie dans la vie des Académies, à centrer ses missions sur les travaux des Académiciens, à améliorer sa gouvernance, mais aussi à rechercher des financements pérennes.

    Faute d’une direction appropriée, ces résultats ne sont pas actuellement atteints.

    Toutes bonnes volontés sont les bienvenues et ceux qui souhaitent aider l’Institut à sauver Canal Académie peuvent adresser leurs contributions à l’Institut de France – Canal Académie, 23 quai de Conti 75006 PARIS CS90618.

  9. Comment by YVES-DENIS DELAPORTE | 2013/01/20 at 14:01:54

    @YDENISDELAPORTE
    Gratuité d’accès! En contrepartie financement par le Ministre de la Culture de cette radio Internet très utile!

    DELAPORTE Yves-Denis
    Poète et Prétendant académicien au fauteuil REMY

  10. Comment by Mouta Jacques | 2013/01/21 at 16:55:51

    “Les raisons de cet arrêt sont mal connues”
    cette phrase m’interpelle !!
    C’est une honte que l’Institut de France fasse appel aux contributions alors que cette institution doit être subventionnée par le Ministère de la Culture (donc par nos impôts)
    pour le rayonnement de la culture et de la langue française.
    Vous dites aussi que la directrice a quitté le bateau,: pour quelles raisons ? C’était une femme compétente et réputée dans les médias.

  11. Comment by Anne-Marie ROCHEFORT | 2013/01/21 at 18:41:20

    La fin de Canal Académie? Je ne peux y croire…et tristement envisageable!
    Ne répresente t-elle pas la “vitrine” de nos Académiciens et de ce fait, notre culture?
    Soutenons son chancelier, Gabriel de Broglie afin qu’il trouve LA solution!
    REAGISSONS et ne laissons pas faire cette erreur!

  12. Comment by Claire Goyer | 2013/01/22 at 02:15:47

    Je réponds à tous : Il faut lire « L’an IV de Canal Académie » (Aléas Éditeur, mars 2009) pour connaître la genèse de cette “start-up”, ses objectifs, son financement et ses succès aussi rapides que spectaculaires, (site de Canal Académie, Rubrique “Nous connaître”, en bas à gauche). Écrit par Jean Cluzel, le fondateur, et préfacé par Jacqueline de Romilly, ce livre nous apprend notamment que la web radio Canal Académie a été créée sous un simple statut d’association loi 1901, hébergée dans les locaux de l’Institut sans être financée par lui et que c’est l’intervention du Sénat qui lui a permis d’exister. P. 63 : « Le Sénat, au titre de ce qu’il est convenu d’appeler règlementairement la réserve parlementaire, a accepté de contribuer au financement de Canal Académie jusqu’à fin 2008 inclusivement avec un coût à l’heure de programmes le plus bas de tous ceux réalisés en France».

    Sans la passion et le dévouement de ceux qu’il a su convaincre de s’embarquer avec lui, ce projet avait-il une chance de réussir ? Au chapitre VI, Jean Cluzel rend un hommage vibrant à Hélène Renard, le pilote de l’avion : « En raison de sa parfaite maitrise professionnelle, de son parcours et de ses qualités personnelles, c’est à elle que j’allais, ce 1e novembre 2005, proposer d’assumer la direction de Canal Académie. Ayant, dès les débuts, fait partie de l’aventure, elle en avait fait siens les objectifs et les méthodes, tout en acceptant les moyens spartiates ». Le pilote vient de quitter son poste.

    Le commentaire de l’Institut tente de nous rassurer en nous livrant la nouvelle orientation : “centrer Canal Académie dans la vie des Académies, centrer ses missions sur les travaux des Académiciens, améliorer sa gouvernance, mais aussi rechercher des financements pérennes… ”
    La question du financement ne semble pas insurmontable. On sait qu’une radio internet ou un média en ligne sont infiniment moins onéreux qu’un radio hertzienne ou un média papier. Reste la ligne éditoriale, sensiblement différente dans l’esprit des successeurs de Jean Cluzel, puisqu’elle implique un repli sur la vie des Académies. La curiosité des internautes continuera-t-elle d’être piquée d’un bout à l’autre de la planète ? La nouvelle rubrique “Langues européennes” (English, Deutsch, Italiano, español), tournée vers le dialogue interculturel multilingue, perdurera-t-elle ? Le propre d’une radio, émissions et interviews, sera-il sauvegardé ? Les Académiciens retourneront-ils dans leur tour d’ivoire d’où Canal Académie les avait sortis?

  13. Comment by Mouta Jacques | 2013/01/22 at 18:52:13

    Merci de vos explications très précises sur la création et sur le fonctionnement de Canal académie. Si ce média est sous la tutelle d’une association loi 1901, un président, un trésorier et les membres du bureau supervisent le bon fonctionnement de la radio et encadrent la directrice et ses collaborateurs.
    Je ne m’explique pas que ce beau paquebot aux couleurs de la Culture Française soit laissé dérivant….. jusqu’à l’échouage .
    Y-a-t-il eu des manquements ou simplement une mauvaise gestion ? Un audit a-t-il été consulté ?.
    je partage votre point de vue : Canal Académie doit s’ouvrir au monde et non resté en circuit fermé.

  14. Comment by Françoise Carton de Wiart | 2013/01/23 at 12:59:46

    On ne peut imaginer la suppression de Canal Academie. Quant à la ligne éditorial, il importe que la fenêtre francophone reste ouverte sur le monde. Nos grands hommes verts (et si peu de femmes…) doivent valoriser leurs travaux sur le net, dans un esprit d’ouverture, pas de repli. Le monde francophone a besoin de vous !

  15. Comment by Pierre André | 2013/01/27 at 15:58:07

    La disparition de CANAL ACADEMIE priverait les internautes friands d’intelligence et de la culture française de ce contact avec les divers membres de ces Académies. La disparition de CANAL ACADEMIE priverait les divers membres de ces Académies du contact avec les internautes friands d’intelligences et de la culture française. Les membres de ces Académies se retrouveraient sous la Coupole !

  16. Comment by Claire Goyer | 2013/01/27 at 23:31:11

    A pierre André : Vous anticipez la situation. Canal Académie ne va pas disparaître puisque les émissions enregistrées depuis 2005 resteront téléchargeables par les internautres. C’est bien expliqué dans mon article. Merci de vous y reporter.

  17. Comment by Pierre André | 2013/01/28 at 13:13:47

    Certes, vous précisez : “Resterait accessible au public l’immense bibliothèque d’émissions accumulées depuis sa création en 2004, désormais figées dans le temps. Un musée de plus, était-ce l’objectif ?”.

    Mais la vitalité actuelle de “Canal Académie” est due à sa production régulière d’émissions de qualité. Cesser de produire entraine la perte totale de vitalité et conduit inexorablement à la disparition de la radio Internet de l’Institut de France.

    La conservation des archives – « l’immense bibliothèque d’émissions accumulées » – sera assurée et restera même « accessible au public ». De radio Internet, « Canal Académie » se figera en musée.

    « Un musée de plus, était-ce l’objectif ? » dites-vous. La réponse est évidemment non. Comme vous le rappelez, « L’ambition de Canal Académie était de devenir l’un des acteurs incontournables du monde de la culture ».

    Le fondateur de « Canal Académie » – il ne faut pas l’oublier – est Jean Cluzel, fin connaisseur de l’audiovisuel, de son évolution et de ses révolutions. Auteur notamment en sa qualité de sénateur des rapports «Regards sur l’Audiovisuel», Jean Cluzel a eu une vision claire de son projet «Canal Académie».

    Déjà, fin des années 90, Jean Cluzel note « Au-delà d’un certain effet d’attraction culturelle (…) Internet devrait apporter un changement radical ». Déjà, il réfléchit à la production de programmes et à leur diffusion sur le Net.

    Il est, me semble-il, de l’intérêt de l’Institut de France et des internautes que les successeurs de Jean Cluzel demeurent fidèles à l’esprit du fondateur. Et demeurer fidèle à l’esprit du fondateur exige la production d’émissions et leurs diffusions sur la radio Internet de l’Institut de France.

    Pierre André
    Grand Prix de l’Actualité de la Communauté des Radios Publiques de Langues Française (CRPLF)

  18. Comment by Thierry Saladin | 2013/02/02 at 01:14:04

    Bonjour Claire,
    Ma première réaction à la lecture du début de votre article, c’était qu’il s’agissait d’une mauvaise plaisanterie, d’une sorte de poisson d’avril qu’on nous promettait pour le printemps…
    Mais non, en poursuivant la lecture de votre article et au vu des commentaires qui suivent je prends conscience de l’énormité de la nouvelle et des conséquences qui en résulteraient si Canal académie cessait ses émissions. Vous espérez de nombreux commentaires, mais pensez-vous que cela suffira? A-t-on envisagé une pétition ou autre chose, comme une lettre (ouverte?) à Gabriel de Broglie?
    Je m’associe à votre appel.
    Cordialement
    Thierry Saladin

  19. Comment by Claire Goyer | 2013/02/02 at 11:30:39

    Bonjour Thierry,
    je vous réponds : M. de Broglie est parfaitement au courant de l’émotion créée par l’annonce de sa décision sur mon blog puisque l’Institut a posté un commentaire. J’ai été la première et même la seule à donner l’alerte. Les internautes peuvent continuer à lui envoyer des messages via le site de Canal Académie. Ils lui seront transmis. Je pense que le chancelier devrait chercher des financements pour péréniser l’essor qu’avait pris Canal Académie et son ambition de devenir la première radio francophone sur Internet dans le monde.
    Il peut, non seulement faire appel à l’État (assez parcimonieux par les temps qui courent, il faut le dire) mais aussi au mécénat, à travers la Fondation Canal Académie. Plus problématique est sa volonté de recentrer Cana Académie sur l’Institut, ce qui lui oterait le caractère international et multilingue qu’avait voulu lui donner l’équipe précédente, un aspect indispensable au rayonnement de la culture française à l’heure où la concurrence sur le cyberespace fait rage.

  20. Comment by Anne | 2013/02/11 at 15:19:06

    Quelle tristesse…
    La lecture de votre article confirme malheureusement ce que j’avais lu dans mon quotidien et que je me refusais à croire.
    J’ai découvert Canal Académie par hasard alors que j’habitais à l’étranger. J’ai fait mon miel de ses émissions intelligentes, éclairantes, qui m’ont ouvert des mondes passionnants que je n’aurais pas eu la curiosité de découvrir autrement. L’immense qualité des intervenants, la variété des sujets abordés… je ne peux pas croire que tout cela va disparaître.
    Espérons qu’une solution satisfaisante voie rapidement le jour.

  21. Comment by R.Sooriamoorthy | 2013/02/11 at 16:53:56

    Chère Clare,
    Je dois reconnaître ne pas connaître Canal Académie, mais je ne m’insurge pas moins, ne serait-ce que principiellement, contre l’imminence de sa disparition.
    Cela dit, il ne faudrait tout de même qu’on mît trop l’accent sur les médias, quelque nécessaires et importants même qu’ils soient, pour la diffusion de la langue et de la culture.
    Vois savez, chère amie, ebcore mieux que moi sans doute quels pièges nous guettent avec , sous les médias.
    C’est donc la raison pour laquelle, j’insisterai———–cela pourra contradictoire paraître, mais il n’en est, en fait, rien,————sur la nécessité d’augmenter le nombre de chaînes, tant au niveau de la télé que par le biais de la radio, consacrées à la langue et à la culture, pourvu qu’on fasse en sorte que le niveau et la rigueur n’en cessent de s’approfondir.
    Popur avoir moi-même fait de la radio et de la télé pendant assez longtemps, je suis en mesure d’affirmer que les gens inclinent à développer un certain penchant pour les émissions difficiles; leurs motivations sont certes variées, hétérogènes, mais l’essentiel demeure cet accroissement de l’intérêt qui finit par élever même ceux qui semblent condamnés à une médiocrité définitive.

    Bravo encore pour le combat que vous menez, chère Claire.
    Vous n’ignorezpas que ce combat est également le mien depuis plus d’un quart de siècle au moins, car je pense, comme je l’ai dit une peu partout dans mes interventions sur tous les continents, que c’est du français, de ce que l’on peut faire à partir du français, que dépend le sort du monde. Ni plus ni moins.
    Mais lpermettez que je m’en, chère Claire, tienne là.
    Bien à vous,
    Ramanujam

  22. Comment by Claire Goyer | 2013/02/12 at 21:09:10

    A Anne : Cette nouvelle a paru dans la presse? Je suis curieuse de savoir dans quel quotidien et à quelle date.

  23. Comment by Thierry Saladin | 2013/02/13 at 13:53:13

    Bonjour Claire,
    Moi aussi, je vous reconnais dans votre action et suis à vos côtés. Vraiment.
    Vous ne serez pas étonnée si je vous dis que je soutiens Ramanujam dans ses propositions.
    Il manque en France (je ne parle que du pays que je connais un peu, le mien) une chaîne sur la TNT, du type de France Culture et même France Musique. Cela hisserait le niveau.
    Pourquoi ne pas proposer dans un premier temps que France Culture et France Musique soient également télévisées? Sur les chaînes TNT gratuites, bien sûr.
    Voilà une décision qui ne reviendrait pas cher et qui serait facile à mettre en place. Dans un premier temps.
    Cordialement.
    Thierry

  24. Comment by R. Sooriamoorthy | 2013/02/13 at 14:20:40

    Bonjour Claire,
    Il est bien évident que je souscris à ce qu’avance Thierry Saladin, pour ceci qu’indépendamment de ce que je dis moi-même, il a entièrement raison.
    Mais la lutte ne fait que commencer.
    Ramanujam

  25. Comment by Claire Goyer | 2013/02/13 at 16:04:41

    A Ramanujam : je vous propose d’explorer Canal Académie. Vous verrez qu’en termes de Culture l’amateur peut être comblé, tant l’écoute est agréable. Des chaînes TNT coutent infiniment plus cher.

  26. Comment by R. Sooriamoorthy | 2013/02/13 at 18:59:38

    Merci, chère Claire.
    Il faudra que j’aille, comme vous m’y conviez, explorer cela.
    Merci encore.
    On reste en contact.
    Ramanujam

  27. Comment by Anne | 2013/02/22 at 14:39:49

    A Claire,
    Il s’agissait d’une chronique de Geneviève Jurgensen dans La Croix daté du 9-10 février. C’était très court, une ligne faisant référence à une chronique précédente – qui m’avait échappé et que je n’ai pas retrouvée.

  28. Comment by location vacances | 2013/06/30 at 22:20:23

    Hello; Mes parents m’ont appellée Marine et j’aime beaucoup ce prénom.

    Je suis agée de quarante et un ans !
    Mon métier, étudiante … Il est dit que je semble un drole d’oiseau.

  29. Ici Monique
    Je suis jeune de 38 printemps j’assume totalement mon age !
    Je bosse comme coiffeuse ! Est-ce un défaut d’être enjouée ?

  30. Comment by voyage | 2013/07/01 at 02:41:37

    hey ! Ici Auda
    Je suis vieille de trente-neuf piges !
    Mon travail est professeur de collège ! Il est
    dit que je semble pète sec.

  31. Comment by billet davion Pas chere | 2013/07/01 at 08:57:54

    ça va ? Ici Merci
    J’ai quarante-six ans .
    Ce que je fais de beau dans la vie: caviste . Est-ce un défaut d’être une vraie prune ?

  32. Comment by billet moin cher d avion | 2013/07/10 at 11:06:49

    bonsoir Je souffle mes 26 bougies dans un mois j’assume totalement mon age !
    je suis Galatee
    je suis des études de développeuse . Il est dit régulièrement que je suis un phénomène.

  33. Comment by geraldine | 2013/09/10 at 12:14:04

    Je suis enseignante au Royaume Uni. Voici le début de l’année scolaire et je me penchais sur le site (et la radio) Canal académie pour préparer mon programme et me remettre du bon Français en tête lorsqu’il est devenu évident que la radio était tue!! Pour moi, c’est une mini catastrophe. Canal Académie est une ressource sure et de qualité qui me permet de maintenir mon Français et d’informer mes étudiants sur des sujets hors du commun. Je sais qu’il y a toujours toutes les archives a consulter, mais visiter un site “musée” n’a pas la même validité ou vitalité et la radio me manque beaucoup.
    Ce système dans lequel une personne peut prendre la décision de fermer une station de radio publique sans consulter le public est anathème en Angleterre. Ici la BBC, pour laquelle tout le monde paye, est véritablement la propriété de son audience et le public en est très conscient. De ce fait, les auditeurs participent au développement de la BBC et écrivent régulièrement des lettres, pour donner leur opinion, diffusées dans des émissions (telles que “Feed-back”) qu’elles soient positives ou non.
    J’ai payé mon abonnement pour avoir accès aux dossiers de Canal Académie, et cet arrêt de toutes les émissions sur Canal académie va a l’encontre des principes de démocratie par son manque de consultation publique. Une tactique très “française”, et très regrettable.

  34. Comment by Claire Goyer | 2013/09/11 at 16:34:44

    Géraldine,
    merci d’avoir exprimer votre sentiment. Vous êtes comme des milliers d’autres professeurs et internautes à travers le monde déçue et indignée par l’arbitraire de la décision qui a coupé la voix de Canal Académie et de ses émissions radio si prisées . Il n’y a eu ni le débat public ni la recherche de financement que nous avons appelés de nos vœux. Canal Académie s’est enfoncé dans les moelleuses moquettes du prestigieux Institut et s’est tue. Les internautes se sentent floués à juste titre.
    Je vous propose de poster votre commentaire sur le site de Canal Académie, à l’attention du Chancelier de l’Institut


Trackbacks & Pingbacks »»

  1. [...]  Canal Académie, la radio Internet de l’Institut de France, est menacée de disparition. Claire Goyer (présidente de l’association DLF* -Bruxelles-Europe, diversité linguistique) nous alerte: [...]

Leave a Reply »»

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture.
Anti-Spam Image

Advertisement